humanitaire benevole cambodge ong
Ces villages sont devenus des mouroirs , mais aussi des viviers dans lesquels grandissent les enfants qui serviront de main-d’œuvre dans les bordels et les chantiers de Thaïlande

Cette intervention humanitaire va permettre, dès le mois de novembre 2015, d'offrir à 15 jeunes filles en situation d'extrême misère, d'apprendre le métier de styliste-couturière et d'éviter à certaines de basculer dans l’enfer des bordels.

Notre difficile mission est de localiser des jeunes filles vivant à la campagne dans la misère et le dénuement le plus complet. Nous leur proposons une formation de styliste-couturière pour qu’elles puissent avoir une chance de s’en sortir.

«De la forêt primaire qui était la mère nourricière de toutes ces tribus, il ne reste rien»

Pour ce type mission, nous devons avoir avec nous un pisteur, qui est une personne connaissant parfaitement la région dans laquelle nous intervenons.

Je vous rappelle qui n’y a pas de route, justes des pistes et la nature meutrie tout autour de nous. De la forêt primaire qui était la mère nourricière de toutes ces tribus, il ne reste rien.

C’est une région qui devait être jadis une merveilleuse forêt, mais pas un arbre n’a survécu à la déforestation sauvage de la dernière décennie et la faune est décimée. C'est une zone écologiquement sinistrée.

Localisation au Cambodge de Jeunes filles pauvres pour leur proposer une formation de styliste-couturière

«Ces villages sont des mouroirs, mais aussi des viviers pour le trafic des enfants»

Les villages se sont vidés de leurs habitants valides qui sont partis pour la Thaïlande et des régions où il est encore possible de gagner sa vie et manger à sa faim.

Il ne reste plus que des vieillards maigres et édentés qui ont à charge les petits enfants qui sont restés par la force des choses «à la maison». Ces villages sont devenus des mouroirs et des viviers pour le trafic des enfants. Ce sont en effet dans ces villages que grandissent ceux et celles qui serviront de main-d’œuvre dans les bordels et les chantiers de Thaïlande.

scolarisation d'enfants au Cambodge vivant dans la misère

Il faut avoir le coeur bien accroché pour intervenir dans ces régions, car les pistes pour y arriver sont de véritables sables mouvants, dans lequel les moustiques et la malaria sont devenus les maîtres des lieux. La plupart du temps, nous devons pousser les motos et tenter de sortir de la glaise.

 

Tout autour de nous, il ne reste plus que quelques petites masures faites de branchages et surmontées de toits de «chaume» éventrés par le temps et les intempéries.

Ici et là, nous découvrons des écoles ouvertes de temps en temps, selon le bon vouloir des instituteurs qui ne peuvent plus y accéder à la saison des pluies.Dans la campagne au Cambodge, la forêt primaire qui était la mère nourricière de toutes ces tribus a disparu.

 

«Leurs regards sont fuyants, ils n’attendent plus rien de la vie»

Le taux d’analphabétisme dans cette région remporte une triste victoire et toutes les personnes âgées qui y vivent encore ont connu le terrible génocide des Khmers rouges. Leurs regards sont fuyants, ils n’attendent plus rien de la vie, car la vie leur a tout pris. Même leurs propres enfants semblent les avoir oubliés, ils ne reçoivent que sporadiquement de l’argent, bien qu’ils aient à charge leurs petits enfants. La structure familiale paraît détruite: le "chacun pour-soi" règne, même l’attachement d’un père ou d’une mère pour ses enfants semble ne plus avoir de sens.

Mère avec ses enfants de la campagne très pauvres vivant en mode de survie

 

«Chacune d’elles sait ce qu’est la vie de celles qui deviennent mères à quinze ans»

Ainsi nous allons de cabane en cabane et courageusement nous présentons notre merveilleux centre de formation de styliste-couturière. Les gens regardent les vidéos de notre centre de formation, cela leur paraît irréel. De nombreuses jeunes filles voudraient faire leur sac dans l’instant, pour fuir cette vie sans espoir.

Chacune d’elles sait ce qu’est la vie de celles qui deviennent mamans à quinze ans. Sans parler du nombre de fillettes abusées dès leur plus jeune âge.

Enfants abandonnés dans la campagne au Cambodge

Vous pensez peut-être que nous remportons un grand succès auprès de ces «familles» à la dérive, pourtant il n’en est rien. Une jeune fille dès l’âge de dix ans devient une main-d’œuvre indispensable dans ces régions où les hommes et les femmes adultes sont partis refaire leur vie en Thaïlande.

Malgré toutes ces difficultés, notre énergie et notre positivisme à toute épreuve nous ont permis de nous surpasser: nous avons réussi à localiser une quinzaine de jeunes filles. Ces dernières suivent aujourd’hui une formation dans notre centre et la plupart vivent en pension complète à l'année au refuge (où tout est gratuit), car il leur serait impossible de se déplacer sur de si longues distances quotidiennement.

Équipe de localisation de l'ONG AVEC face à une habitation de fortune au Cambodge avec violence et misère extrême pour les enfants

De nombreuses petites filles deviennent des mamans de substitution, elles doivent s’occuper des plus petits qui ne pourraient survivre sans elles, dans un environnement hostile.


Les mères rentrent au village pour accoucher, donner un peu d’argent, puis elles repartent sur le marché du travail, quelque part au-delà des frontières.

C’est un monde sombre où la vie d’un être humain est réduite à son exploitation dès le plus jeune âge.

La polygamie, les séparations, les familles recomposées en Thaïlande,  mais aussi les maladies et les infrastructures médicales déficientes compromettent sérieusement les vies de ces enfants.

Ce sont malheureusement les jeunes filles les plus pauvres qui sont les premières victimes de viol ou d'abus dans ces villages où l'alcool est également un fléau pour toute la communauté.

«à quoi bon perdre son temps à l’élever, si c’est pour la perdre au moment où elle peut enfin être productive»

Je me souviens de cette jeune fille cambodgienne, elle devait avoir à peine 15 ans et son regard était devenu soudainement lumineux, en considérant l’espoir d’une vie meilleure que nous pourrions lui offrir grâce à notre centre de formation

"Non !!!" Telle fut la réponse catégorique de la mère de l’adolescente, "cette fille doit planter du manioc, à quoi bon perdre son temps à l’élever, si c’est pour la perdre au moment ou elle peut enfin être productive?". Nous avons tout tenté, mais nous avons échoué. Oui, il nous arrive d’échouer, bien que nous soyons plutôt du genre tenace. Les raisons de cet échec sont simples: la fillette était devenue indispensable à cette famille, travaillant du lever du jour à la nuit tombée... on ne se sépare pas ainsi d’une personne qui fait vivre la famille, sans compensation sonnante et trébuchante...

fillette en pleure au Cambodge, assise sur un hamac crasseux, sa famille ne veulent pas qu'elle apprenne un métier

Je me suis encore retourné et l’image de cette fillette en pleurs, assise sur son hamac éventré et crasseux est restée gravée dans mon esprit, et cela durant plusieurs jours. Je fonctionne ainsi, j’analyse tout, je revois chaque séquence de notre intervention et je me fais le devoir de trouver une solution pour que cela n’arrive plus.

Pour les cas les plus difficiles comme celui de cette jeune fille pour qui nous n’avons rien pu faire, nous allons tout de même proposer une aide à la famille, afin d'enrayer l'exploitation infantile et de faire tomber un à un les obstacles à la protection et aux droits des enfants.

Voilà mes amis, chers parrains et marraines, j’espère que ce partage vous éclairera un peu plus sur toutes les belles actions de lutte contre le trafic des enfants au Cambodge.

C’est un peu triste à lire parfois, mais il est de mon devoir de vous informer honnêtement. Le monde va mal, mais cela, vous le saviez déjà, c’est pour cela que nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir intervenir, chacun en fonction des ses possibilités.

Alors si vous ne nous soutenez pas encore dans notre action de lutte contre le trafic des enfants au Cambodge, vous pourriez peut-être nous rejoindre.

Si notre refuge pour enfants ayant subi la maltraitance est devenu une référence dans le domaine au Cambodge, c’est bien parce qu’il est possible de faire des choses extraordinaires, il suffit d’un peu d’argent, d’énergie illimitée et surtout de beaucoup de ténacité.

Un échec aujourd'hui, c'est une victoire pour demain.

Je vous remercie pour votre soutien.

Amitiés.

Patrik

 

 

Newsletter

S'abonner

Soyez les premiers à recevoir les News sur les enfants que nous protégeons.
captcha 
Nous ne vendons ou ne partagerons jamais vos données avec qui que ce soit.

Au coeur de notre action

  • 1
 
ong cambodge

PRÉSENTATION D'AVEC

Qui sommes-nous?

 
benevoles equipe cambodge ong

L'ÉQUIPE D'AVEC

Qui sont nos bénévoles?

 
garcon cambodge

LES PETITES NEWS

Nos dernières actions

 
enfants cambodge ong

LE REFUGE

Notre lieu d'accueil

 
fille cambodge ong

LEG

Faire un leg

 
finances

FINANCES

La gestion du budget

 
benevolat cambodge avec

BÉNÉVOLAT

Devenez bénévole

 
volontariat cambodge ong

POSTES À POURVOIR

Les profils recherchés

 
benevolat cambodge ong

COMMENT POSTULER?

Les différentes formalités

 

  • 1
  • 2