Sortie des enfants de notre refuge avec des bénévoles à Païlin au Cambodge

Sortie annuelle de fin d’année à Païlin dans la joie et la bonne humeur pour pour les enfants du centre de protection de l'enfance de l'ONG AVEC au Cambodge, le 10 décembre 2017.

Organiser une grande sortie pour une quarantaine d’enfants avec leurs accompagnantes est toujours un défi pour la petite ONG AVEC et une très grande excitation pour les enfants du refuge.

Nous avons décidé pour la première fois de faire une sortie de deux jours à Pailin, pour cela nous avons réservé une dizaine de petits bungalows dans la guest house «Le Bambou» à Pailin.

Il est important pour nous qu’aucun accident ne survienne lors de ce genre de sortie; de par le passé, nous avons eu beaucoup de chance, car nous avons évité le pire lors de plusieurs sorties précédentes.

Ainsi l’équipe d’accompagnement, ainsi que les plus grandes filles du refuge ont ouvert grand les yeux sur les plus petits et en particulier lors des activités piscine.

Deux jours avant le départ, les enfants ne dorment plus
Deux jours avant la sortie, les enfants ne dorment déjà plus beaucoup, chacun et chacune parlent ensemble tard dans la nuit de leurs rêves et de ce qu’ils aimeraient faire lors de cette sortie. Ils préparent leur baluchon bien à l’avance, car pour chacun et chacune, il est important d’être bien habillé, alors ils échangent entre eux leurs habits et leurs chaussures.
La nuit qui précède le départ est remplie d’une grande activité de la part des mamans de substitutions, car pour économiser de l’argent, nous préparons le repas du lendemain; ainsi sur les deux jours, nous n’irons manger qu’une seule fois dans un petit restaurant populaire de la ville de Pailin. Pour le déjeuner, Patrik Roux et Theavy Bun sont allés acheter des pâtes de riz que nous préparerons sur place pour le petit déjeuner.
Les enfants dormiront nombreux dans chacun des dix petits bungalows; c’est ainsi que nous pourrons respecter notre budget qui est de 300 dollars pour deux jours pour 40 personnes.

Arrivée à Pailin après deux heures de route
Notre petit convoi ne passe pas inaperçu quand nous traversons les villages, car les enfants chantent à tue-tête et leurs rires font sourire les riverains. L’arrivée à Pailin de nos deux véhicules fut pour le moins effervescente. Le petit camion n’a pas eu le temps de s’arrêter, que les enfants sautaient en bas de la plateforme. Le temps que chacun et chacune forme des groupes pour savoir qui allait dormir avec qui, tout le monde était prêt pour découvrir la piscine de l’établissement. Beaucoup d’enfants du refuge n’avaient jamais encore vu de piscine, et encore moins l’eau transparente qui miroitait au soleil. En quelques minutes la piscine fut pleine à craquer d’enfants pour le moins chahuteurs.

Une sortie qui a du sens et des arbres fruitiers juste à point pour la cueillette

Les enfants du refuge travaillent beaucoup toute l’année pour l’école, mais aussi pour la communauté du refuge. Chacun travaille en dehors des activités scolaires au désherbage, et s’occupe du poulailler du refuge. Les plus grandes veillent également le soir à ce que les plus petits fassent correctement leurs devoirs scolaires et cela mis bout à bout représente beaucoup de travail. Il est important de temps en temps de se relâcher tous ensemble et de vivre de beaux moments en «famille».
La propriétaire de la guest house nous a donné l’autorisation de cueillir les fruits sur les nombreux arbres fruitiers de l’endroit, et c’est l’activité préférée des enfants au Cambodge. À chaque retour de cueillette, les enfants se réunissaient et se bousculaient au moment du partage. Je ne sais pas combien de kilos de fruits les enfants ont consommés, mais je puis vous dire que la cueillette fut miraculeuse, car au moment de notre départ, les branches des arbres devaient se sentir bien légères.
Deux jours de vacances, c’est bien, mais quand on s’amuse, c’est toujours trop court. C’est donc avec un peu de vague à l’âme que nous sommes tous remontés sur le camion et le pick-up Toyota.
Mais notre arrivée au refuge nous a vite fait oublier notre vague à l’âme, car le refuge est un endroit merveilleux et c’est toujours un beau moment de se retrouver à la maison, surtout que lundi chacun aura de belles histoires à raconter à ses amis de l’école publique.
PR